Un soulier Little Mary est UNIQUE et Signé.

On le reconnaît à des détails qui font toute la différence : un cuir de vachette pleine fleur irréprochable, une première en cuir au tannage végétal, un contrefort adapté à chaque modèle et à chaque âge, un bout protecteur du petit pied de bébé, des œillets qui savent se faire invisibles ou colorés, un juste équilibre entre souplesse et fermeté pour assurer le confort et la sécurité.

 

Un soulier LITTLE MARY c’est un nombre insoupçonnable de composants et  d’opérations manuelles et minutieuses avec comme seul fil directeur l’amour du travail bien fait.

 

Chacun dans l’atelier LITTLE MARY contribue à cette confection artisanale qui n’a rien cédé à l’industrialisation.

Les stylistes

Plus d’un an en avance, les stylistes se nourrissent des tendances de la mode pour dessiner les modèles des futures collections.

LITTLE MARY crée  2  collections par an (Printemps/Eté et Automne/Hiver) et renouvelle à plus de 80% ses collections chaque saison. Ses stylistes dessinent sur des coques plastiques moulées sur la forme correspondant à chaque semelle retenue.

Le bureau d’études traduit les dessins des stylistes en plans techniques sur ordinateur, à partir de logiciels de patronage spécialisés.

Il va ensuite transmettre à l’atelier un premier patronage sous forme de petits morceaux de cartons représentant toutes les parties de la future chaussure, pour permettre de fabriquer un premier prototype.

Les modèles sont alors mis au point et ajustés autant de fois que nécessaire avec de nombreux essayages aux pieds des enfants.

Une fois le « pied modèle » finalisé, le bureau d’études entame la graduation qui consiste à décliner le patronage d’un modèle dans chacune des pointures du modèle.

Le bureau d’études

Le Prototypage

LITTLE MARY a une cellule de développement dédiée : le coupeur choisit les peaux en fonction du modèle à réaliser et optimise le placement des morceaux. La piqueuse prototypiste invente avec le bureau d’études les solutions techniques qui vont permettre au dessin du styliste de prendre vie. Le monteur multiplie les réglages pour que le soulier soit parfaitement soudé sur la semelle et épouse la forme et demain le pied de bébé.

«Ils nous font confiance pour fabriquer leurs souliers»